Wall Street, éthique, rêve américain et cinéma

Alice FABRE (AMU, AMSE) – séminaire Litéco 6 mai 2021

Wall Street, éthique, rêve américain et cinéma

Résumé court :

Que nous apprend le cinéma américain sur le rôle économique de Wall Street et la perception de la bourse au cours du temps ? A travers un corpus conséquent de films américains, des vingtième et vingt-et-unième siècles, est analysé comment Hollywood a mis en scène la bourse de Wall Street et les traders. L’analyse s’appuie sur les théories de la finance internationale, sur l’histoire des marchés financiers ainsi que sur la production cinématographique américaine, dans un regard croisé économie – cinéma.

Il est ainsi étudié comment le cinéma américain, à travers des fictions, des adaptations, des documentaires scénarisés, représente et donne à comprendre le fonctionnement des marchés financiers. Différentes périodes sont distinguées dans l’analyse, en fonction de l’histoire financière et de l’évolution de la régulation de la finance internationale, avec comme repères trois krachs boursiers majeurs (1929, 1987, 2008) qui donnent naissance à des questionnements autour de la bourse, de son éthique, et de son lien avec le rêve américain nuancés.

Il apparaît que si la bourse est un sujet mineur dans le cinéma américain jusqu’aux années 1980, les répercussions de la crise de 1929 sont quant à elles présentes dans des films des années 30, et surtout dans quelques films majeurs du renouveau hollywoodien des années 60. Au centre de blockbusters sur la bourse produits à partir des années 1980, le thème du rêve américain se trouve contrebalancé dans la narration par celui de l’avidité, l’éthique des traders devenant un objet cinématographique récurrent. Les années 1990 vont ainsi, alors que l’intégration financière internationale s’approfondit et que la finance internationale s’est transformée en économie internationale de spéculation (Bourguinat, 1999), voir émerger le mythe du trader, fascinant, parfois tragique, entre rêve américain et voyou ; on retrouve alors le récit classique du héros tragique, avec ascension, chute voire rédemption, avec des scénarios le plus souvent inspirés de faits réels. La crise des subprimes de 2008 va donner naissance à une production foisonnante, composée de films critiques, parfois militants (notamment avec l’émergence de documentaires fictions, souvent primés), de films choraux où l’immersion en bourse devient objet pédagogique, ou de thrillers. Désormais le personnage du trader, et le jargon économique, semblent s’ancrer dans l’imagerie populaire, et la production cinématographique permet, à travers diverses formes (films et documentaires engagés, épopées dramatiques, adaptations de romans ou de biographies, films historiques, films choraux, films de série B, parodies, séries) de montrer la place prépondérante que la finance prend dans la société, et la connaissance plus perceptible que celle-ci en acquiert, fantasme, reproduit. Le récit narratif boursier se popularise, se répète, s’enfonce parfois dans les clichés, peut être incisif, se renouvelle. 

Mots clés : Wall street, American dreamgreed is good, cinéma américain, mythe, finance.