Séance autour de Michael Stricof 11 février 2021 : le complexe militaro-industriel dans la culture américaine

 

La politique industrielle implicite des États-Unis consiste en la production d’armements. Ce Keynesianism militaire fut instauré au début de la guerre froide sur la base des théories de la sécurité nationale et de l’économie développées pendant la seconde guerre mondiale. Il persiste à nos jours, en dépit de nombreuses autres transformations économiques et politiques du pays. Or le débat sur la place des dépenses militaires est très limité sur la scène politique. À défaut d’une considération des coûts et des conséquences d’une organisation économique militarisée, le débat public a lieu dans le domaine de la culture et de la langue. Notamment dans des films et des séries télévisées, mais également dans les jeux vidéos et les romans, ainsi qu’à travers des métaphores journalistiques se présente la compréhension vernaculaire de cette partie de l’économie américaine. Un regard croisé donc de l’analyse de la culture de masse et des choix langagiers américains offre une clé de lecture d’une partie centrale de l’économie du pays et son accueil public.
Les premiers codes du complexe militaro-industriel viennent des critiques académiques et politiques, à la suite du discours de fin de mandat d’Eisenhower, le travail de l’économiste Seymour Melman et du sénateur William Proxmire. Ils sont repris dans des films, de l’archétype du Dr. Strangelove à l’absurdité d’Austin Powers, dans des séries populaires, complotistes comme X-Files et de “prestige” comme House of Cards. Finalement, les clichés entrent même dans les séries pour enfants, telles The Clone Wars. Ils sont tellement diffusés, que l’idée des “complexes” devient un raccourci pour faire comprendre d’autres idées au public américain. La multiplication des “complexes”, à l’instar du “military industrial complex”, comme clé de lecture de l’économie américaine, permet de parler des sujets liées à l’armée – “National empire-identity complex”, “Cybersecurity-industrial complex”,“Military-entertainment complex”… – et bien d’autres sujets : “Media-industrial complex”, “International-development industrial complex”, “Religio-industrial complex”, “Prison-industrial complex”, “Sports-industrial complex”, “Meteorological-industrial complex”, “Female-orgasm industrial complex”….
Sans traiter des sources provenant directement des images de guerre, ce projet permet de comprendre une question fondamentale de l’économie américaine. La question reste à quel point la représentation de l’économie militaire influence le débat politique, désormais surchargé d’accusations de complots et de l’État profond. Il reste à démontrer si la culture de masse reflète la pensée publique ou peut même l’orienter.

 
 
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search