Gil Charbonnier (CIELAM)« La Poésie boursière en France durant l’entre-deux-guerres »

Résumé : « La Poésie boursière en France durant l’entre-deux-guerres »

Durant l’entre-deux-guerres, la Bourse redevient un sujet pour les romanciers et les poètes qui s’interrogent sur le modèle économique à adopter en France. Faut-il suivre l’exemple américain de l’euphorie boursière ? Faut-il s’inspirer de la City de Londres ? Comment évaluer l’expérience soviétique, théorisée et accomplie en rupture avec l’économie de marché ? Poète et romancier, Paul Morand invente une poésie boursière qui repense, à travers ce questionnement, les principes du capitalisme. Des alternatives du côté de Proudhon et de Keynes sont évoquées. Parallèlement, Paul Claudel et Paul Valéry réfléchissent à l’organisation économique du monde en redéfinissant le fondement de la Bourse, à savoir l’échange. La poésie boursière est aussi un signe d’inquiétude. L’argent rend fou sous la coupole du palais Brongniart comme dans le film de Marcel L’Herbier, L’argent, consacré au capitalisme décadent. Dans ces conditions, l’art peut-il échapper à la marchandisation de toutes les valeurs que programme la société occidentale ?  

Biographie 

Gil Charbonnier est maître de conférences HDR en littérature française du XXe siècle à la Faculté de droit et de science politique de l’Université d’Aix-Marseille (CIELAM-AMU) où il dirige le Centre d’éthique économique et des affaires. Ses travaux pluridisciplinaires portent sur la représentation du droit, de l’économie et des questions européennes en littérature. Dernier ouvrage : L’idée d’Europe chez Paul Morand, à paraître aux Éditions Champion.