Mediating American Modernist Literature: The Case of/ for Big Magazines

 

The “Mediating American Modernist Literature: the Case of/ for Big Magazines” international symposium was held at Aix-Marseille Université in Aix-en-Provence on 4 and 5 October, 2018. It brought together 18 researchers in the fields of literature, book history, and print culture. The event was opened by Simon R. Hankinson, the US Consul General in Marseille, and Anne Dunan-Page who heads the LERMA EA 853 research laboratory at AMU.

The objective of the symposium was to explore the role played by “big magazines” (i.e. middlebrow slick/smart/mainstream/ periodicals and lowbrow pulps) in the production, publication, circulation, and reception of American literature between 1880 and 1960. Attendees from six countries (the United States, Scotland, Japan, Italy, Australia and France) discussed the role of commercial magazines in the shaping of American modernist literature, the transatlantic circulation of cultural models, the role and importance of digital age technologies in circulating magazines, and questions related to the categorization and classification of periodicals (including the high/low, little/big divide). In the first keynote address, Mark Morrisson (Penn State University) spoke about the rise of periodicals study and the need to turn to the big magazines. The second keynote was delivered by Faye Hammill (University of Glasgow) on the question of seriality, simultaneity, and modernism. A roundtable discussion addressed issues of methodologies and object construction.

The symposium was organized by Cécile Cottenet, Anne Reynes-Delobel and Frank Conesa from Aix-Marseille Université. Generous support of the event was provided by the LERMA research laboratory at AMU, the CORPUS laboratory at Université de Picardie – JulesVerne, the American Embassy, the Faculty of Humanities at AMU, the Institute of the Americas (IdA), the Society for the History of Authorship, Reading and Publishing  (SHARP), and the Metropole Aix-Marseille-Provence.


Podcasts now  available on the SHARP website, here !

 

Texte de cadrage scientifique

Ces journées d’études avaient pour objectif de mettre en lumière le rôle des big magazines en matière de production, de publication, de distribution et de réception de la littérature américaine entre 1880 et 1960.

Dans le champ des études modernistes, l’intérêt porté à la question des relations entre modernisme et production périodique est loin de représenter un phénomène nouveau. Depuis une trentaine d’années, les recherches menées sur le rôle des « petites revues » ont ainsi contribué à faire de la revue non plus un « simple contenant de bribes d’informations concrètes », mais un « objet d’étude à part entière », au même titre que le livre individuel (Latham, Scholes).

Pourtant, l’étude de ce champ a quelque peu faussé le regard critique sur les liens entre publications périodiques et pratiques modernistes. En s’intéressant de manière quasi exclusive aux little reviews, on a eu tendance à cloisonner la réflexion en isolant ce type de publication périodique des autres magazines de l’époque (notamment les magazines pulps, traditionnellement associés à la culture lowbrow, et les « grandes » revues—aussi appelées slick, smart, mainstream ou big—associées à la culture middlebrow). Ce faisant, on a également relégué ces derniers, dans le meilleur des cas, aux confins nébuleux de la sphère culturelle moderniste. Ce n’est que récemment que nous assistons à un changement d’orientation : une analyse approfondie des relations institutionnelles entre modernisme littéraire et culture mainstream dans des magazines middlebrow comme Life (première mouture) ou des revues smart, comme The Smart Set, Vanity Fair ou The New Yorker, a permis de mettre au jour une véritable dynamique fondée sur les associations, les croisements et les échanges.

Dans le sillage du renouvellement de ces approches, cette conférence vise à élargir l’étude des liens entre la littérature américaine et la presse magazine mainstream en attirant l’attention sur « des publications périodiques qui, par-delà leur éclectisme, témoignent d’une même volonté, non seulement d’augmenter leur chiffre de ventes, mais aussi d’élargir leur lectorat en misant davantage sur leur style textuel et visuel que sur leur seul contenu » (Harris, 6). Le terme « presse magazine » recouvre un large éventail de revues (Harper’s, Scribner’s, Saturday Evening Post, Atlantic Monthly, Reader’s Digest, Life ou encore le Time d’Henry Luce) unies par leur ambition de s’adresser à un large public à l’échelle nationale et, pour la plupart d’entre elles, d’influencer les goûts culturels, littéraires et politiques de la classe moyenne. À ces publications viennent s’ajouter d’autres revues à l’envergure nationale mais aux politiques éditoriales davantage circonscrites car dictées par des critères idéologiques (McClure’s), ethniques (The Crisis) ou genrés (tels Munsey’s ou Ladies’ Home Journal pour la presse féminine et Esquire et ses successeurs, notamment Playboy, pour la presse masculine).

L’un des objectifs de ces journées était de mettre en lumière les interactions entre ces revues et les préoccupations littéraires et esthétiques du modernisme. La période choisie couvre 80 ans, de la naissance de la presse à grand tirage et du « magazine sous sa forme moderne » (Scholes) à l’avènement de la télévision comme média de premier plan et le déclin consécutif du magazine comme « principal vecteur culturel aux États-Unis » (Ohmann, 29). Au regard de l’importance des influences transatlantiques (on pense par exemple aux liens entre Condé Nast et Lucien Vogel, le créateur de Vogue France en 1920, ou encore au rôle de Vu dans la création du deuxième Life en 1936), nous souhaiterions également examiner la production périodique française sous l’angle transnational et transatlantique.

For more information

https://bigmagazines.sciencesconf.org/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.