Questionnements

Réflexion commune

L’équipe de ce programme s’interroge sur la possibilité et les limites de l’interdisciplinarité dans le champ de l’anglistique, aux points de rencontre, à la porosité ou à la fixité des frontières entre concepts, entre disciplines ou méthodologies. On s’interrogera sur le périmètre et la définition même de la notion de discipline. Comment se font ces passages ? Dans quelle mesure, et par quels processus de mise en relation, peut-on transférer des méthodes d’une discipline à une autre ? Comment un même objet est-il saisi par plusieurs disciplines ? Quelles transformations actives sont alors induites ? Quels enrichissements peut-on attendre ? N’y a-t-il pas un risque d’annexion ou de subordination des disciplines ou des méthodologies exogènes appelées à être croisées avec nos disciplines traditionnelles dans le domaine des études anglophones (littérature, histoire, linguistique) ? Le risque inverse existe-t-il également ?

De la même façon que les savoirs et les approches seront interrogés, les formes même de la diffusion et de la transmission de ces savoirs demanderont à être renouvelées. Pourront être envisagées des manifestations scientifiques nouvelles, hybrides (ateliers d’écriture, échanges actifs avec des acteurs de la cité et renforcement de l’interaction avec l’ensemble des participants de colloques et journées d’études… ) Ainsi ce programme fondé sur le décentrement des savoirs et des chercheurs eux-mêmes favorisera innovation, originalité et même, lors des interactions avec la société, efficacité.

 


Cécile Cottenet

Professor, American Studies

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.