Séance « bibliothèques » du thème « Passeurs »

La dernière séance (en ligne) du thème « Passeurs », le 21 juin 2021, s’est articulée autour d’une présentation de Rodolphe Leroy, chargé de mission Patrimoine, archives et culture à l’Université de Bourgogne.

Cet échange, qui s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur la constitution des bibliothèques et/ou fonds d’archives de la littérature états-unienne en France, fait suite à la publication dans la revue Ideas, Idées d’Amérique (mars 2021) d’un dossier bilingue « Éclairages »  auquel Rodolphe Leroy a également contribué un article consacré à John Erksine et à la constitution de la bibliothèque américaine de l’Université de Bourgogne. Il est également étroitement lié à l’élaboration d’un dictionnaire des « Passeurs » de la littérature américaine mené dans le cadre de notre équipe, et à la publication à venir de deux recueils d’articles sur le même thème dans la revue Transatlantica.

L’intervention de Rodolphe Leroy et la discussion qu’elle a suscitée ont permis d’aborder des questions importantes pour le travail de recherche autour des « Passeurs ». On a notamment pu s’interroger sur la localisation de livres non-catalogués au sein des fonds nord-américanistes, l’évolution des politiques patrimoniales et mémorielles, et les outils et ressources permettant d’identifier les médiateurs, et retracer les collaborations et les réseaux.

Dans sa présentation, intitulée « La bibliothèque qui n’existait pas. 1954 : Erskine à l’université de Dijon », Rodolphe Leroy s’est attaché à décrire le contenu de la bibliothèque Erskine, reçue par la bibliothèque universitaire de Dijon en 1954, en faisant la part des récits et de la mythologie. Après avoir esquissé le portrait de John Erskine, professeur à l’Université de Columbia et directeur de l’American University à Beaune en 1919, il a retracé l’historique de la constitution et de la réception de ce fonds dans le contexte des échanges culturels et politiques franco-américains de l’entre-deux-guerres, et la part qu’ont pu y prendre divers médiateurs individuels et institutionnels. Dans un esprit de collaboration pratique, il a ensuite présenté plusieurs outils et ressources fournissant d’utiles points de départ pour la localisation d’ouvrages placés en-dessous de la ligne de flottaison des catalogages, ainsi qu’une sélection d’ouvrages rares issus du fonds.

Partant du constat que le fonds Erskine a d’emblée été conçu comme un mémorial et qu’il n’a depuis subi aucune altération, Rodolphe Leroy s’interroge sur les motifs qui ont pu dicter sa classification en amont de son arrivée à Dijon. Il soulève également la question de l’utilisation de ce fonds depuis 1954. Par ailleurs, il souligne la place intrigante des « petites littératures » au sein de ce fonds, qui invite à se demander quelle image de la littérature états-unienne elles étaient censés véhiculer auprès du public français.

La discussion a permis de revenir sur les choix ethnographiques et politiques qui ont pu dicter la constitution du fonds, les liens potentiels entre divers acteurs culturels et institutions, la possibilité d’évaluer et d’identifier de manière plus précise le fonds de littérature des années vingt et trente, et l’évolution des pratiques de conservation et des statuts juridiques.

Cette séance, en tous points passionnante, démontre à nouveau que l’étude de la réception de la littérature américaine en France relève au premier chef de la collaboration et de l’échange des points de vue et des pratiques entre chercheurs et spécialistes de divers champs disciplinaires.

Anne Reynes-Delobel

LERMA EA853

Cette séance a été enregistrée. Cliquez ici pour accéder à la vidéo de la séance. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search