L’interdisciplinarité, les aveugles et l’éléphant. Frédéric Darbellay

A la mode de chez nous

L’interdisciplinarité sonne comme un concept à la mode ! Il suffit de prêter l’oreille pour entendre qu’il innerve nombre de discours universitaires institutionnels qui l’affichent comme un slogan et/ou en font plus sérieusement un axe de développement stratégique, dont la mise en œuvre concrète se couronne parfois de succès mais ne va pas sans susciter des débats, des obstacles ou des résistances anxiogènes. L’appel à l’interdisciplinarité est également véhiculé par les politiques de l’enseignement et de la recherche supérieure aux niveaux national, européen et international. Les rapports de politique universitaire en la matière se suivent, se ressemblent et proposent réflexions et recommandations plus ou moins innovantes. Les agences de financement de la recherche font de même en assurant la promotion de l’interdisciplinarité, voire en en faisant une exigence dans la soumission de projets visant non seulement un avancement de la recherche fondamentale, mais aussi la résolution de problématiques complexes, environnementales, sociales, politiques, ou technologiques. L’interdisciplinarité est bien à la mode de chez nous, ailleurs aussi en tant que tendance mondiale.

Le concert des discours, des manières de penser et d’agir traduisent l’urgence, les nécessités, les promesses et les limites du travail interdisciplinaire face à la complexité des questions et des problèmes vifs à résoudre. Si l’interdisciplinarité semble caractéristique de notre époque et s’il est souhaité, souhaitable et de bon ton que les chercheurs et les praticiens s’y conforment, est-elle vraiment une mode passagère appelée à se démoder en faveur d’un retour (vivement attendu pour certains) au calme disciplinaire et discipliné ? Considérant que « la mode, c’est ce qui se démode » (Jean Cocteau), il faut bien reconnaître que l’interdisciplinarité ne revêt pas ce caractère simplement passager, furtif. Elle dure au contraire comme contre-discours depuis que les disciplines ont été constituées/ instituées au fondement des universités modernes, comme tradition humaniste de longue date. Loin de se résumer à un simple effet de mode convenue, appelée à disparaître du champ académique, l’interdisciplinarité semble plutôt intimement liée à toute organisation disciplinaire. Les principes de fonctionnement de la disciplinarité vs l’interdisciplinarité sont en apparence différents, mais la relation symbiotique les associe pour leurs bénéfices mutuels, allant même jusqu’à devenir la condition de survie de l’une et de l’autre. L’interdisciplinarité représente sans aucun doute un style de pensée inhérent à tout processus de production de connaissances, et en cela il n’est pas programmé pour se démoder : « la mode se démode, le style jamais » (Coco Chanel).


Des disciplines à la transdisciplinarité

Le lien fondamental entre disciplinarité et interdisciplinarité se tisse au cœur même des définitions de ces concepts, de leurs relations complémentaires et antagonistes. Entre inclusion, attraction, répulsion, association, dissociation, intégration, désintégration ; disciplinarité et interdisciplinarité sont interreliées, ces concepts font système au sens où ils maintiennent leurs différences dans leur unité complexe. En s’inspirant de la pensée systémique et des travaux de Lupasco, Edgar Morin a longuement détaillé ces liens tendus/distendus entre organisation et anti-organisation, entre parties et tout au sein d’un système, conditions de leur développement et survie. Sans confusion, mais avec distinction et selon un principe de complémentarité, les concepts de disciplinarité et d’interdisciplinarité peuvent être définis en les situant dans un réseau sémantique plus dense. L’interdisciplinarité n’est en effet pas le seul concept à graviter autour du champ d’attraction/répulsion de la disciplinarité. Une multitude de concepts agrémentent la réflexion sur le décloisonnement disciplinaire : monodisciplinarté, multitdisciplinarité, alterdisciplinarité, intradisciplinarité, paradisciplinarité, supradisciplinairité, métadisciplinarité, transdisciplinarité, en encore postdisciplinarité. La littérature scientifique sur l’interdisciplinarité regorge de concepts aux sonorités plus ou moins attrayantes et la créativité lexicale en la matière ne manque pas. Au-delà d’une apparente cacophonie, tous ces termes ont en commun la notion centrale de disciplinarité qu’une série ouverte de préfixes vient moduler/transformer de cas en cas. De manière relativement consensuelle, et bien que les débats notionnels puissent occuper une communauté entière de chercheurs, quelques concepts sortent en tête dans les travaux de synthèse sur l’interdisciplinarité, soit : la pluri- ou multidisciplinarité, l’interdisciplinarité et la transdisciplinarité. Le concept de disciplinarité est étonnamment souvent passé sous silence comme si sa définition allait de soi en tant que fondement évident (et non questionné ?) de l’organisation universitaire. Il convient au contraire ici de le définir en premier lieu et d’y arrimer, par différenciations successives, les concepts qui en relativisent la prétendue clôture auto-suffisante. Le tableau 1 propose des définitions succinctes. 



 

Concepts   Définitions Mots-clés
Disciplinarité Des chercheurs appartenant à la même discipline travaillent de manière plus ou moins coordonnée sur des objets légitimes au sein de celle-ci. Cloisonnement, fragmentation, communauté disciplinaire
Multidisciplinarité   Un processus séquentiel dans lequel des chercheurs de disciplines différentes travaillent, à partir de leur propre point de vue, sur un objet d’étude plus ou moins partagé, de manière indépendante et juxtaposée. Hétérogénéité, séquentialité, linéarité, juxtaposition
Interdisciplinarité   Des chercheurs travaillent ensemble, à partir de – et entre – leurs points de vue disciplinaires, sur un objet d’étude commun, de manière coordonnée, interactive et dans une visée intégrative. Interaction, interface, échange, objet d’étude commun, interaction, intégration, hybridation
Transdisciplinarité   Des chercheurs travaillent ensemble pour développer un cadre conceptuel et méthodologique commun qui transcende les limites disciplinaires, dans le but de résoudre un problème concret entre science et société. Résolution de problème, implémentation, rapport science-société

Tableau 1

 

La clôture disciplinaire, constitutive d’une communauté scientifique donnée, s’ouvre progressivement au pluralisme de la multidisciplinarité, elle-même guidée par un principe de juxtaposition-addition de différents points de vue sur un objet d’étude complexe. Dans ce cas de figure, chaque spécialiste de chaque discipline mobilisée ne peut percevoir, concevoir, expliquer ou comprendre qu’une partie de la complexité globale de l’objet étudié. Pour reprendre la fameuse fable des « aveugles et de l’éléphant », chaque aveugle disciplinaire est certes en mesure d’investiguer une partie du tout de l’objet d’étude (métaphoriquement l’éléphant), mais aucun ne peut prétendre à lui seul détenir la vérité sur l’objet compris dans sa globalité émergente (Figure 1).


 

Figure 1. Les aveugles et l’éléphant


La convocation d’une multiplicité de points de vue juxtaposés est une étape importante sur le chemin d’une connaissance interdisciplinaire, mais elle ne garantit en aucune manière la compréhension globale et intégrée de la complexité de l’objet étudié. Dans la fable évoquée, chacun des six aveugles touche une partie spécifique de l’éléphant, perçoit un élément caractéristique à partir duquel il crée par hypothèse une représentation mentale considérée comme valant, par ressemblance, pour l’identité de l’éléphant comme Tout. L’un touche son flanc, l’éléphant ressemble de son point de vue à un mur, l’autre palpant sa défense le décrit comme une lance, le suivant saisit sa trompe, il s’apparente alors à un serpent… Si chacun fait valoir avec force et fermeté son point de vue limité, tiraillant l’objet de tous côtés, et qu’il a potentiellement raison, ils ont collectivement tort dans leur incapacité à articuler leurs perspectives pour une compréhension globale de l’identité de l’éléphant.

Chaque point de vue disciplinaire est certes pertinent et légitime au regard des théories et des méthodes d’une discipline donnée, mais il demeure partiel si ce n’est partial dans sa tentative hégémonique de détenir LA vérité sur la nature du Tout, sans souci de justice cognitive. Lorsque des spécialistes se réunissent pour traiter d’une problématique complexe, nécessitant de multiples regards mais étant en soi irréductible à un seul d’entre eux, que chacun accepte que son point de vue ne couvre qu’une partie de la réalité et que les points de vue de ses collègues d’autres disciplines ont également un pouvoir explicatif, c’est alors que s’ouvre la voie interdisciplinaire. Mise en commun et intégration de perspectives diverses et complémentaires, enclenchement d’un processus d’intelligence collective inclusive, partage et expression d’une tolérance réciproque et d’un respect mutuel sans asymétrie de pouvoir, intercompréhension empathique, autant de conditions positives pour une mise en œuvre de l’inter-disciplinarité. Inter- ce qui est entre les disciplines, ce qui circule entre elles, à l’interface, dans leurs interstices et qui s’arrache à la pure et simple juxtaposition de disciplines fragmentant le complexe par disjonction, pour tenter entre elles une conjonction nouvelle par hybridation et intégration de fragments cognitifs, conceptuels, théoriques et méthodologiques en un tout cohérent et intelligible.

Le nouveau émerge d’un bouillon réorganisé de cultures multidisciplinaires. Quelle serait en effet la conjonction collectivement organisée des parties de l’éléphant précédemment disjointes (un mur, une lance, un serpent….) ? À coup sûr un objet hybride, bigarré, composés d’éléments, certes connus, mais assemblés de manière inédite en un nouvel objet indéterminé, à co-construire, inventer, re-nommer. Cet objet est plus que la somme de ses parties constitutives : en tant que tout il forme un système émergent et intégré. Le travail de recomposition interdisciplinaire s’apparente ici à un processus créatif de bissociation (voire en l’occurrence tri-, quadri, quinque-, sexa-ssociatif), soit au sens de Koestler une démarche cognitive (cogitare « penser » de coagitare « secouer ensemble et mêler ») consistant en une « régression temporaire à des niveaux d’idéation primitifs et sans inhibition, suivie d’un bond en avant dans l’innovation. Désintégration et réintégration, dissociation et bissociation » (Koestler, 1979 : 158). S’exprime ici la capacité d’un chercheur ou d’un groupe de chercheurs à penser non seulement au sein et à partir de leurs propres champs disciplinaires (vision fovéale), mais également à se décentrer (vision périphérique), relativiser leurs égos disciplinaires pour recombiner les apports de chacun dans une nouvelle perspective. Il s’agit d’introduire du jeu dans et entre les disciplines, de penser à côté d’elles, en dehors de champs disciplinaires cloisonnés, en activant une « pensée latérale » (De Bono, 1970), par l’introduction de sauts discontinus entre les disciplines pour provoquer le changement et induire le nouveau. La mise en circulation d’idées, de « concepts nomades » (Stengers, 1987), de théories ou de méthodes entre et au-delà des disciplines va dans le même sens.

Le décloisonnement progressif entre les disciplines et leur recomposition intégrative dans un processus interdisciplinaire créatif se prolonge dans la perspective transdisciplinaire (trans-, ce qui va au travers et au-delà des disciplines). Il s’agit de transgresser non seulement les limites disciplinaires, mais aussi d’impliquer, dans une dynamique participative de co-production de connaissances et de résolution de problèmes, les acteurs et partenaires de recherche hors système académique. Dépassant les dualismes stériles disciplinarité vs interdisciplinarité, clôture vs ouverture, centripète vs centrifuge, expertise vs amateurisme, l’approche inter- et transdisciplinaire est finalement une question de degrés d’ouverture dialogique, d’interaction et d’intégration entre les disciplines (Figure 3).

 

Figure 3. De la disciplinarité à la transdisciplinarité: une question de degrés. 


Les disciplines: courbures et spirale

L’interdépendance co-productive posée entre disciplinarité et inter- et transdisciplinarité implique de manière plus ou moins explicite la préexistence et le maintien de configurations disciplinaires a priori homogènes, stables et institutionnalisées. Cette hypothétique antécédence des disciplines comme briques fondamentales à partir desquelles devrait indiscutablement se construire l’interdisciplinarité devrait sans doute être mieux questionnée. Sans visée arbitraire ni essentialisme, il suffit d’observer la constitution, le développement, voire la disparition, d’une discipline pour détecter sa plasticité, sa finitude et son caractère évolutif. Toute discipline révèle ainsi en elle-même une plus ou moins grande hétérogénéité interne, comme si le principe interdisciplinaire était actif en son propre sein. L’axe bi-directionnel de la Figure 3 devrait en quelque sorte subir une courbure débouchant sur une boucle récursive, qui raccorde en un cycle dynamique l’inter- et transdisciplinarité sur la disciplinarité et réciproquement. Dans ce cas, l’antécédence ou la prévalence de la disciplinarité sur l’interdisciplinarité ne fait plus sens, elles se coproduisent en spirale. Le questionnement sur l’interdisciplinarité, sa définition, ses enjeux épistémologiques et institutionnels, ses potentialités et ses limites se rejoue ainsi en miroir sur la notion de disciplinarité elle-même. Intrinsèquement et extrinsèquement, cette dernière ne peut pas échapper au débat sur la nature, le processus et les finalités de toute production de connaissances.




Prof. Frédéric Darbellay
, Cellule Inter- et Transdisciplinarité, Centre interfacultaire en droits de l’enfant, Université de Genève




Quelques références pour aller plus loin

Becher, T. & Trowler, P. (2001). Academic tribes and territories: Intellectual enquiry and the cultures of disciplines. Buckingham, United Kingdom: Open University Press.

Darbellay, F. (2011). Vers une théorie de l’interdisciplinarité ? Entre unité et diversité. Nouvelles perspectives en sciences sociales, 7(1), 65-87.

Darbellay, F. (éd.) (2012). La circulation des savoirs. Interdisciplinarité, concepts nomades, analogies, métaphores. Bern: Peter Lang.

Darbellay, F. (2014). La recherche interdisciplinaire : Disparition ou métamorphose des disciplines ? In J.-P. Leresche & A. Gorga (éds.), Transformations des disciplines académiques : entre innovation et résistance, (pp. 135-148). Paris : Éditions des archives contemporaines.

Darbellay, F. (2015). Rethinking inter- and transdisciplinarity: Undisciplined knowledge and the emergence of a new thought style.  Transdisciplinarity revisited, Special Issue, Futures, 65, 163-174.

De Bono, E. (1970). Lateral thinking: creativity step by step. New York, NY: Harper & Row.

Koestler, A. (1979). Janus. Paris : Calmann-Lévy.

Lupasco, S. (1951/1987). Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie. Paris : Éditions du Rocher.

Morin, E. (1976). Pour une crisologie. Communications, 25, 149-163.

Stengers, I. 1987 (dir.). D’une science à l’autre, des concepts nomades. Paris : Seuil.

Thompson Klein, J. (1990). Interdisciplinarity: History, theory and practice. Detroit: Wayne State University Press.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.